II - LE RETOUR

Le retour 1Enfin, voilà, après avoir quitté Paris, il fallut que je rentre, dans ce pays d’eaux-fortes, je me souviens encore de ce nid qui porte le nom de mon lieu de vie mais qui n’a pas de sortie. Et pourquoi pas ses fèves nues! Ou bien les mignardises séchées sur pierre ! Mon dieu fait quelque chose.

J’aurais préféré aller ailleurs, je ne sais où, peut-être en Italie, mais tant pis, je suis ici, pris en tenailles entre deux fruits : Evitez de penser aux pommes, on a eu assez de problèmes, ceux sont des fruits qui ne sont pas vernis.

Je ne vous parlerai pas de celui qui est jaloux quand il est mûr, celui avec pépin, car ce richard cœur de lion n’est pas aussi bon que les écrits le disent, c’était pas du miel.

Je préfère vous parler de l’autre avec noyau même s’il me rappelle d’un certain côté la fin de mon père.

D’ailleurs et ce n’est rien de le dire, puisqu’il vient de Syrie….

Qui ?

Ben lui, c’est comme le jambon de Bayonne ! Vous en voyez beaucoup des cochons dans les rues ?Le retour 2

Bref, je m’égard, on ne va pas tourner autour du pot, tout cela pour vous dire, que les hommes, quand ils ne savent pas, ils inventent n’importe quoi ou se réfugient derrière une entité supérieure, et bien voilà, ils sont venus, ils me l’ont pris pour enrichir leur ignorance, centralisation, découpage administratif oblige. Bien sûr que personne ne voudrait déménager le Louvre dans le Cantal, d’ailleurs c’est bien là qu’elle a failli finir, mais pour autant, vous les Hommes soyez cohérents, arrêtez de vous entasser les uns sur les autres, de vous plaindre des loyers trop chers, de la pollution… «MementoMori ». Venez vivre à la campagne, respirez le grand air, appréciez comment la nature est façonnée, créez vos espaces, vous contemplerez tous les champs des possibles et bien plus encore…

Si vous venez ici, vous verrez qu’au XVIIème siècle nous n’avions que de l’eau-forte puis au XIXème siècle apparut le canal des Deux-Mers. SVP, évitez de penser au far breton.

 

 

Post-scriptum : Si vous voyez un chat noir, vous pouvez vous attarder, mais cela veut dire que vous ne voyez pas l’arbre qui cache la souris, si vous voyez du beurre, du jambon, ce n’est pas possible, arrêtez-vous, c’est que vous avez faim, un petit casse-croûte ?

Notre boucherie « le bœuf écorché » peut vous faire ça.