V - LES LIMITES

Souvenez-vous de nos ancêtres qui chassaient, cueillaient, se déplaçaient sans cesse pour survivre, ils n’étaient arrêtés que par des éléments naturels telle qu’une chaîne de montagne ou bien encore une population inhospitalière.

Et bien c’est de cela qu’il s’agit car si ce fût le début de la fin pour mon père là où commence l’histoire de mon fruit, on peut dire que ma mission à cet instant, a été de continuer son œuvre et d’être le gardien des limites de son royaume, bref c’est la gloire de mon père qui m’a donné ma raison de vivre ici, et en quelque sorte ma bien-aimée aussi.Les limites 1

C’est clair ça, non, bon alors si c’est trop obscur, je vais vous dire d’autres choses ; vous pouvez faire confiance en ces moines là, mais franchement il y a des moines copistes qui devraient revoir leurs copies.

Ah oui, je voulais vous parler aussi puisque l’on est sur les limites à ne pas franchir, de mon voisin, une vraie célébrité dans le coin, ça lui a coûté la vie, mais bon il a gagné l’éternité. Je ne sais pourquoi, on lui a attribué le numéro (x).

Nous sommes dans un lieu où l’on ne peut pas mentir ou blasphémer, je demande donc un peu de respect si vous franchissez le seuil, j’espère simplement qu’ils nous laisseront en paix quand ils sauront…

Avec du recul, je me dis que ces moines copistes, on peut-être fait exprès de déformer la réalité, d’abimer ma bien-aimée, elle devait les déranger dans leur croyance, ils ne l’ont pas crue alors ils l’ont cuite.Les limites 2

 

 

Post-scriptum : Si vous voyez Marcel Pagnol, c’est que vous faites fausse route, et ce n’est pas la faute du noyau. Si vous êtes nomade, prenez un bâton, ça vous aidera. Si vous commencez à vous noyer, montez sur un arbre, tout le monde ne peut pas rester en surface.